Fracture de Fatigue: ayant été victime de ce problème, je veux vous sensibiliser dessus !!!

LA FRACTURE DE FATIGUE !!!

 

Une fracture de fatigue (aussi appelée fracture de stress) est un syndrome d’hyper sollicitation osseuse localisée, c'est à dire une zone osseuse qui présente une hyper activité. Il s’agit d’une maladie d’adaptation de l’os et non pas d’une vraie fracture. Le symptôme est la douleur osseuse.


Pourquoi fait-on une fracture de fatigue ?

La fracture de fatigue est une pathologie d’hyper utilisation. La cause est micro traumatique (c'est à dire par répétition de multiples contraintes imperceptibles). Cela entraîne une maladie d’adaptation de l’os sans réelle fracture.
Le plus souvent une fracture de fatigue apparaît quelques semaines (2 à 4) après une augmentation brutale de la charge d’entraînement.


Les facteurs de risque

- absence de progressivité lors de la pratique sportive : augmentation brutale de l’entraînement
- terrain dur
- matériel défaillant (chaussures sans amorti)
- troubles morphologiques

Quelles localisations ?

Les localisations préférentielles sont les membres inférieurs (tibia, pied, fémur, bassin). Les spondylolyses et spondilolisthésis (fracture de fatigue vertébrale). Plus rarement, il existe des fractures de fatigue du thorax (côtes) et des fractures fatigue des membres supérieurs (poignet, humérus)

Différentes fractures dans différents sports :

- Athlétisme (principalement course de fond) : tibia, calcanéum (os du talon), astragale (os du pied), métatarse (os de l’avant pied), péroné, fémur (col), bassin
- sport sur sol dur (tennis, basket, handball,…) : même localisations
- haltérophilie : scaphoïde (os du poignet), cubitus, clavicule, os crochu (os du poignet)
- golf : côtes, os crochu (os du poignet)
- aviron : côtes
- tennis : humérus (os du bras)
- gymnastique : cubitus, radius (os de l’avant bras)
- musculation et force athlétique : calcanéum (os du talon), astragale (os du pied), scaphoïde (os du poignet), cubitus, clavicule, os crochu (os du poignet)

Quels signes ?

- douleur localisée osseuse 
- apparition progressive de la douleur
- apparition de plus en plus précoce à l’effort
- douleur soulagée par le repos
- parfois tuméfaction locale en regard de la fracture de fatigue

Exemple Fracture de l'Os Crochu dont j'ai été victime :

Cette fracture est très rarement reconnue au stade initial et le diagnostic «d’entorse » ou de « tendinite » est le plus souvent porté. Le diagnostic est donc souvent tardif, après plusieurs mois.
Pourtant la symptomatologie initiale est démonstrative et devrait faire évoquer le diagnostic devant une douleur intense au bord ulnaire du poignet avec un gonflement éventuel. La gêne est très importante imposant de fortes douleurs. Dans les jours suivants la douleur et le gonflement augmentent et un hématome peut apparaître. La force est diminuée et les tentatives de reprise du sport augmentent la douleur. Un syndrome d’irritation du nerf cubital avec des douleurs dans les deux derniers doigts, dû à l’œdème et à l’hématome peut exister dans certains cas.
Dans d’autres cas le tableau est pauvre mais un point électif douloureux est toujours retrouvé. L’immobilisation entraîne une amélioration mais la reprise de l’activité entraîne une reprise des douleurs.
A la palpation de la face antérieure de la main, au bord ulnaire, l’apophyse est le siège d’une douleur intense et éléctive. L’inclinaison ulnaire de la main associée à la flexion palmaire est douloureuse de même que la contraction contre résistance du court fléchisseur et de l’opposant du 5e doigt.

Quels examens complémentaires ?

- radiographie : signes d’apparition retardée
- scintigraphie osseuse et IRM : meilleurs examens
- parfois scanner sur certaines localisations

Quel traitement ?

- guérison spontanée en plusieurs semaines sans séquelles
- repos sportif (6 semaines)
- parfois mise en décharge (en fonction des localisations)
- puis reprise progressive du sport

Quelles complications ?

- en général aucune complication
- risque de fracture complète (en fonction de la localisation, plus fréquente sur fracture de fatigue du col du fémur)

- phlegmon du à une infection sous le plâtre, cela arrive très rarement, mais cela peut arriver. La preuve vivante, Moi !!!

 

 

 
La fracture de fatigue atteint surtout les membres inférieurs et reste une pathologie principalement de la course de fond. La cause principale est une augmentation brutale de la charge d’entraînement. Le traitement idéal est le repos. La guérison intervient la plupart du temps après 6 semaines, sans séquelles.

 

Quels sont les risques spécifiques ?

Outre les risques génériques liés à la chirurgie de la main et du poignet (algodystrophie, œdème persistant, phlegmon, cicatrice adhérente) il existe peu de risque spécifiques. Dans la littérature la reprise du sport est constante dans un délai variable de 2 à 12 mois, avec une récupération complète vde la force de serrage et du jeu.

 

DONC NE VOUS SURENTRAÎNEZ PAS CAR VOUS RISQUEZ DES LESIONS VRAIMENT DOULOUREUSES !!!

Dans tous les sports, le repos est bénéfique !!!

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×