Blessures Musculaires pouvant survenir au repos ou pendant l'effort

Description Médicale

Nous avons rassemblé ici différents types de blessures aux muscles -de la crampe musculaire à la rupture complète d'un muscle- qui peuvent survenir dans la pratique d'une activité physique ou sportive. Un accident musculaire peut compromettre un objectif, ou même une activité de loisir souvent importante pour le sportif. Les connaissances actuelles sur les lésion musculaires et leur processus de réparation permettent d'offrir un traitement plus approprié dans le triple but d'obtenir une meilleure cicatrisation, d'éviter le passage à la chronicité et de diminuer le risque de récidive.

Plus d'un tiers des blessures sportives surviennent chez les jeunes adultes actifs (âgés de 25 à 44 ans), et se produisent 30% plus fréquemment chez les hommes que chez les femmes.

 

TYPES DE BLESSURES MUSCULAIRES

- La crampe musculaire est une contraction douloureuse, involontaire et passagère d'un ou de plusieurs muscles. Elle peut survenir au repos ou à l'effort. Les crampes qui surviennent dans la pratique d'un sport ont une origine complexe; on croit qu'elles seraient le résultat d'une insuffisance d'apport d'oxygène ou d'électrolytes sanguins. Habituellement, elles sont un signe d'épuisement. Une crampe persistante est appelée contracture.

- La contusion musculaire (aussi appelée charley horse lorsqu'elle survient dans les jambes) est la conséquence d'un coup reçu sur un muscle en phase de contraction. Elle se manifeste par une douleur musculaire localisée au point d'impact, de l'enflure et une ecchymose (épanchement de sang sous la peau consécutif à une rupture des vaisseaux), qui sont d'autant plus importantes et profondes que le choc est fort.

- L'élongation ou "claquage" est l'allongement traumatique du muscle. L'élongation survient durant une sollicitation excessive à la limite de l'étirement du muscle ou à la suite d'une contraction trop forte du muscle. Une élongation extrème peut mener à une déchirure partielle ou complète. Les muscles de l'arrière de la cuisse, les ischio-jambiers, sont les plus susceptibles de subir une élongation. Le terme claquage (un "clac" serait audible) est habituellement utilisé pour parler des élongations les plus graves, avec lésion de nombreuses fibres musculaires.


L'échographie et l'IRM (imagerie par résonance magnétique) sont les examens d'imagerie les plus adaptés pour faire le diagnostic lorsqu'on soupçonne une rupture complète du muscle.

Le muscle

 

 

 

 

 

Sa présentation classique nous montre un corps musculaire renflé en son milieu, qui se poursuit aux extrémités par deux tendons. Il est formé de plusieurs fibres, fines, longues (certaines font la longueur du muscle), disposées parallèlement, groupées en faisceaux et séparées par du tissu conjonctif.

Toutes ces fibres musculaires vont se fondre les unes dans les autres, des plus fines aux plus épaisses, pour ne former qu'une à l'extrémité du muscle et donner ainsi un tendon. Cette armature fibreuse permet la transmission de l'énergie de la fibre musculaire vers le tendon.

La principale caractéristique d'un muscle est sa capacité à se contracter en produisant le mouvement.

Les muscles sont constamment en contraction légère; c'est ce qu'on appelle le tonus musculaire. Ce tonus peut se modifier de façon pathologique au cours d'un accident musculaire ou tendineux.

 

Causes

La majorité des lésions musculaires atteignent les membres inférieurs et sont attribuables à la pratique d'un sport, principalement les sports de contact (football, boxe, etc...) et ceux qui demandent des départs rapides (tennis, basket-ball, sprint, etc...). Elles peuvent être produites:

- En début d'exercice par un entraînement excessif ou insuffisant, un mauvais échauffement ou une mauvaise technique de préparation physique.

- En fin d'exercice par la fatigue, un déficit de souplesse du muscle, un allongement contrarié du muscle.

- Par des mouvements brusques, violents et non coordonnés, particulièrement s'il y a déséquilibre entre la force des muscles agonistes (qui font le mouvement) et celle des muscles antagonistes (qui font le mouvement inverse) - par exemple, le biceps et le triceps.

- Par un coup direct avec un objet dur (crampon, genou d'un autre sportif, poteau, etc...).

- En raison d'un effort trop intense ou prolongé.

- Par une blessure musculaire antérieure mal guérie.

- Par du matériel d'entraînement inadapté.

 

Symptômes

Crampe musculaire

- Un raidissement d'un muscle accompagné d'une douleur intense.

- Une perte de mobilité des articulations liée au muscle.

 

Contusion

- Une ecchymose au muscle atteint, sans fracture ou déchirure de la peau


Elongation ou claquage

- Une raideur et une douleur vive, aiguë et brutale à un muscle. La douleur se manifeste à la contraction du muscle, à l'étirement et à la palpation. L'atteinte impose l'arrêt de l'effort, mais permet toujours le mouvement. Plus la blessure est grave, plus la douleur est intense et plus la perte d'amplitude articulaire est importante.

- Si l'étirement est important, une ecchymose (appelée familièrement bleu) et une enflure apparaissent.

- En cas de déchirure importante ou de rupture, la douleur est comparable à un coup de poignard. L'ecchymose est souvent énorme. Le muscle n'est plus fonctionnel.


Personnes à risque

- Toutes les personnes qui pratiquent un sport : des athlètes professionnels aux athlétes amateurs et aux adeptes de sports de loisir.

- Ceux qui entreprennent un programme d'exercices physiques, seuls ou en groupes avec un animateur (aérobiques, musculaires et de détente).

 

Facteurs de risque

Contrairement à ce que l'on a longtemps cru, les étirements pratiqués avant l'activité physique ne diminuent pas le risque de blessure musculaire et pourraient être un facteur aggravant s'ils sont effectués sur les muscles "à froid" (sans échauffement préalable). Il vaudrait mieux les faire après l'activité physique.

- Un échauffement insuffisant avant la pratique d'un sport.

- Une mauvaise hygiène de vie (manque de sommeil, alimentation déficiente, etc...), qui engendre fatigue et faiblesse musculaire.

- L'âge : l'élasticité et la solidité des muscles et des tendons diminuent avec l'âge.

- L'utilisation d'anabolisants (substances entraînant un accroissement du système musculaire), qui favorisent le développement de la fibre musculaire, mais fragilisent les tendons.

- Des problèmes psychologiques contrariant les sensations proprioceptives (sensations qui ont leur origine dans le corps et qui renseignent sur l'équilibre et les déplacements).

- Certains troubles statiques (de la colonne vertébrale, du genou, du pied, etc...).

- La raideur musculaire.

- Le manque d'hydratation.

- Une physiothérapie insuffisante ou mal conduite.

- Des exercices de musculation ou d'étirements inadaptés ou mal pratiqués.

- La mauvaise qualité des installations sportives ou de l'équipement sportif.

 

Prévention

Prévenir les crampes musculaires

- Evitez la déshydratation en buvant avant, durant et après l'exercice, par petites quantités. L'hydratation aide à maintenir la circulation sanguine dans les fibres musculaires.

- Alternez l'eau et les boissons pour sportifs, qui ont l'avantage de contenir des sels et des minéraux. Les crampes peuvent être causées par un manque de sodium et de potassium dans le muscle.

Conseil : Diluez les boissons pour sportifs, qui contiennent souvent trop de de sucre. Ces boissons devraient être limitées aux activités intenses qui dure plus d'une heure.

- Reconnaissez les signes de la fatigue et sachez vous arrêter avant que les crampes n'apparaissent.

- Progressez graduellement dans un sport. La fatigue musculaire qui survient lorsque le muscle n'est pas habitué à fournir la force demandée peut causer les crampes.

Prévenir les contusions

- Portez les équipements de prévention comme de bonnes chaussures, des bandes, des gants...

Prévenir l'élongation

- Ayez une bonne hygiène de vie : adoptez une alimentation équilibrée et le maintien d'un poids santé (l'obésité peut entraîner une contrainte ou une tension sur les muscles), avec un sommeil régulier.

- Ayez recours aux services d'un entraîneur compétent, que ce soit pour vous initier à un nouveau sport ou parfaire vos techniques.

- Evitez d'augmenter brusquement l'intensité dans la pratique d'une activité professionnelle ou d'un sport exigeant. En y allant progressivement, on laisse au corps le temps de s'adapter et l'on renforce les muscles tout en assouplissant les tendons.

- Respectez un temps de repos pour récupérer suffisamment après les entraînements et les compétitions.

- Adaptez votre activité sportive à votre forme physique et à votre âge.

- Prévoyez un bon équipement et des chaussures qui corrigent les défauts d'appui éventuels.

- Avant l'activité physique : préparez votre organisme à l'effort (cardio-vasculaire, musculaire, tendineux) avec un échauffement progressif de vos muscles et de vos tendons (environ 10 minutes). Un footing léger (course à pied entrecoupée de marche) convient. Consultez un entraîneur spécialisé dans le sport pratiqué.

- Après l'activité physique : faites une séance d'étirements progressifs, en effectuant alternativement une tension maintenue quelques secondes, puis un relâchement, et en prenant soin d'étirer lentement tous les muscles utilisés pendant l'activité physique. Les étirements sont des exercices très intéressants à condition de les utiliser de façon modérée.

N.B. Evitez les étirements après un entraînement qui vous a semblé très dur.

 

Traitements médicaux

 

Traitement des crampes

La première chose à faire pour faire cesser la crampe est d'étirer le muscle en faisant le mouvement contraire à celui qui a causé la crampe. On peut aussi pratiquer un léger massage et appliquer de la glace. L'application de glace permet à la fois de réduire la vitesse de contraction du muscle et de prévenir la réaction inflammatoire

Traitement de l'élongation et de la contusion

Le temps de cicatrisation de la fibre musculaire étant en moyenne de 12 jours, le repos sportif s'impose dans tous les cas d'accidents musculaires, et sera d'autant plus long que l'atteinte est plus importante. Dans les jambes, une élongation légère ou moyenne peut prendre jusqu'à six semaines pour guérir. L'élongation grave et la déchirure complète du muscle doivent être prises en charge immédiatement par une équipe médicale, qui immobilisera le membre et entreprendra probablement une chirurgie lorsque la déchirure sera confirmée. Les conseils suivants portent sur l'élongation légère à moyenne.

Phase aiguë

Au cours des 3 jours (72 heures) qui suivent le traumatisme, le traitement de l'élongation légère à moyenne est basé sur le principe RGCE. Le but de ce traitement est de faire cesser l'hémorragie dans le muscle.

- Repos : pour prévenir l'aggravation de la blessure. Si la blessure se situe à la jambe ou à la cheville, éviter de se lever le premier jour et maintenir la jambe élevée.

- Glace : pour soulager la douleur et réduire l'inflammation en resserant les vaisseaux sanguins.

- Compression et Elévation : pour limiter le gonflement et l'accumulation de fluide autour de la zone blessée.

Toute application de chaleur et tout massage sont formellement proscrits. Le massage (et même la palpation) risque d'exagérer la douleur, d'aggraver les lésions et de provoquer une hémorragie.

Conseils pour l'application de la glace

La glace doit être appliquée de manière à bien épouser la forme de la zone blessée. Elle doit être placée dans un sac maintenu avec un bandage, sans trop serrer pour ne pas arrêter la circulation sanguine, mais suffisamment pour permettre une compression qui arrêtera le saignement. Placer une serviette entre le sac et la peau et maintenir le sac de glace avec un bandage, sans serrer trop pour ne pas arrêter l'écoulement du sang. La glace ne resserre les vaisseaux sanguins que pendant environ 10 minutes, après quoi ils "regonflent". C'est pourquoi elle ne doit être laissée en place que durant 10 à 12 minutes à la fois.

Fréquence. Répéter ainsi toutes les heures en gardant continuellement le membre blessé en élévation. Cette procédure doit être suivie plusieurs fois durant les deux premiers jours après une blessure. Continuer ensuite l'application de glace deux à trois fois par jour jusqu'à ce que la douleur ait disparue, au repos comme à l'exercice.

 

Médicaments

Il est possible d'utiliser les médicaments anti-inflammatoires pendant deux ou trois jours lorsque la réaction inflammatoire est importante. Cependant, ils ne remplacent pas la compression et l'application de glace. De plus, il faut toujours se méfier de leurs effets secondaires sur l'estomac, qui peuvent être majeurs (douleurs à l'estomac, hémorragie digestive, ulcères, etc...). En cas de douleur importante, il est conseillé de prendre des médicaments analgésiques de type acétaminophène (Tylenol) ou ibuprofène (Advil, Motrin).

 

Exercice physique

S'il existe quelque autre exercice pouvant être pratiqué sans exercer une tension sur la partie blessée, le sportif peut s'y adonner pour se maintenir en forme, mais il ne doit pas faire usage de la partie blessée.

 

Phase de réadaptation

Traitements de physiothérapie

Dés le deuxième ou troisième jour, un médecin ou un physiothérapeute recommandera des exercices spécifiques pour renforcer le muscle blessé et commencer à l'étirer doucement. Des massages doux peuvent être pratiqués à distance de la région douloureuse afin de lever les contractures musculaires (en aucun cas il ne faut masser la région douloureuse, sous peine d'aggraver les lésions). Toute forme de massage est contre-indiquée en cas de rupture musculaire. Au-delà de huit jours, le sportif peut reprendre des exercices faciles pour remettre son corps en bonne condition. Par la suite, une rééducation et un entraînement régulier graduel sont entrepris. Leurs buts sont de permettre la cicatrisation de la lésion et de retrouver un muscle indolore, souple et fort.

Reprise des activités normales

L'activité normale doit être reprise seulement lorsque toute douleur a disparu, et que la force et mobilité sont revenus à la normale. A long terme, il peut être bénéfique de continuer à faire les exercices de physiothérapie afin d'éviter que de tels événements ne se répètent.

Important. Respecter son traitement du début à la fin est crucial. En outre, cela permet d'éviter la myosite ossifiante, une complication irréversible où du tissu osseux se forme à l'intérieur du muscle. Cette complication concerne uniquement l'élongation moyenne à grave et la contusion.

 

Approches complémentaires

Mise en garde

Attention de ne pas masser le muscle qui a subi une élongation ou une contusion en appliquant l'un ou l'autre des traitements non conventionnels suivants. Le massage est déconseillé dans les 72 heures qui suivent la blessure.

 

Pour réduire l'enflure

- Vigne rouge (Vitis vinifera)

Au cours des années 1980, des chercheurs français ont mené des études démontrant l'utilité des oligo-proanthocyanidines (OPC) contenus dans l'enveloppe des pépins de raisins pour traiter les tuméfactions consécutives à une blessure ou à une intervention chirurgicale. En 2002, une synthèse des essais portant sur la guérison des blessures mentionnait que les OPC pouvaient jouer un rôle intéressant à ce chapitre. Les OPC sont des composés qui ont de puissantes propriétés antioxydantes.

Dosage

Prendre 150 mg à 300 mg par jour d'un extrait de pépins de raisin normalisé en OPC.

- Arnica (Arnica montana)

La Commission E (est un guide thérapeutique allemand de médecine par les plantes) et l'ESCOP approuvent l'usage de l'arnica par voie externe pour traiter les ecchymoses (les bleus), les oedèmes (les enflures), les dislocations, les contusions et les troubles musculaires et articulaires. L'arnica est une plante vivace originaire des régions montagneuses de l'Europe et du sud de la Russie. Au cours d'une étude préliminaire avec placebo, menée auprès de 12 volontaires, on a pu observer l'efficacité d'un gel arnica pour soulager les douleurs musculaires.

Dosage

Concernant les usages par infusion pour compresses, les applications de la teinture ou de l'onguent, voir la fiche Arnica dans la section Posologie.

- Broméline

La broméline est utilisée pour accélérer la guérison après une intervention chirurgicale ou une blessure sportive. On l'obtient de l'ananas frais (Ananas comosus) ou en supplément alimentaire. La Commission E a approuvé l'usage de la broméline par voie interne pour traiter l'oedème post-traumatique. La broméline à doses élevées entrainerait une diminution appréciable de la douleur, de l'enflure et de la sensibilité. La seule étude clinique publiée date de 1960. Il s'agit d'un essai clinique à double insu avec placebo mené auprès de 146 boxeurs souffrant de contusion et d'hématomes, où 78% des sujets traités à la broméline (par voie interne) étaient complètement guéris au bout de quatre jours, contre 14% pour ceux du groupe placebo. Les blessures qui n'étaient pas totalement guéries au bout de quatre jours ont guéri en huit à dix jours dans le groupe traité, contre sept à quatorze jours dans le groupe placebo. Plus récemment, au cours d'une étude de cas publiée en 1995 et menée auprès de 59 sujets souffrant de contusions importantes, on a pu observer que l'enflure et la douleur avaient diminué de façon appréciable.

Dosage

Par voie interne : les effets les plus positifs ont été observés lorsque le dosage quotidien de broméline se situait entre 500 mg et 1 000 mg, et ce, jusqu'à 2 000 mg, le tout réparti en trois ou quatre prises.

 

Pour réduire l'ecchymose

- Consoude (Symphytum officinale)

La consoude s'utilise en application externe pour soulager les ecchymoses. Cet usage bénéficie d'une reconnaissance par la Commission E allemande. La plante aurait aussi des propriétés anti-inflammatoires grâce à l'acide rosmarinique qu'elle renferme. 

Dosage

Utiliser un onguent ou une teinture-mère qui contiennent de 5% à 20% de consoude. On peut aussi fabriquer une compresse maison. Voir à ce sujet la fiche Consoude.

- Hamamélis de Virginie (Hamamelis virginiana).

L'ESCOP reconnaît l'usage de l'hamamélis de Virginie par voie externe pour soigner les contusions et l'entorse. L'hamamélis renferme des tanins (l'hamamélitanine notamment) aux propriétés astringentes et hémostatiques, ce qui expliquerait son effet antihémorragique. On ne dispose par contre d'aucune étude clinique pour appuyer cet usage.

Dosage

Consulter la fiche Hamamélis de Virginie

- Millepertuis (Hypericum perforatum)

La Commission E approuve l'usage du Millepertuis par voie externe pour soigner les contusions et les douleurs musculaires. Les Grecs anciens connaissaient très bien les propriétés de la plante pour le traitement des plaies et blessures. Toutefois, aucune étude clinique n'a été menée à cet effet.

Dosage

Appliquer localement de l'huile de millepertuis, une à trois fois par jour.


Pour soulager la douleur

Tokuhon

L'emplâtre analgésique Tokuhon est utilisé en médecine chinoise pour soulager les douleurs associées aux foulures, aux entorses, aux maux de dos et aux contusions. Il contient entre autres du menthol et du camphre. Les emplâtres ont l'avantage de diffuser les principes actifs lentement, sous l'action de la chaleur de la peau. Leur action thérapeutique serait plus puissante que celle des huiles et des onguents. Santé Canada a d'ailleurs attribué un DIN (Drug Identification Number - numéro d'identification du médicament) au "Tokuhon Medicated Plaster", ce qui certifie qu'il est libre de contaminants et qu'il ne renferme pas de médicaments de synthèse.

Dosage

Pour usage externe seulement. Nettoyer et assécher l'endroit affecté avant de poser l'emplâtre. Couper un morceau de la grandeur désirée et appliquer sur la partie atteinte. Appliquer durant une à deux heures tout au plus, trois à quatre fois par jour.

 

Pour soulager les crampes musculaires

Lavande (Lavandula sp.)

L'huile essentielle de lavande a jadis été utilisée pour souleger les spasmes musculaires, les crampes et les contractures.

Dosage

On peut préparer une huile de massage en diluant une à quatre gouttes d'huile essentielle dans 1 cuillère à soupe d'huile végétale. Masser légèrement les endroits atteints pour faire pénétrer.

 

Les approches suivantes concernent les élongations musculaires. Elles sont contre-indiquées dans les trois jours qui suivent la blessure (en phase aiguë), mais peuvent servir de traitement complémentaire en période de réadaptation. Consulter un professionnel.

Acupuncture

L'acupuncture serait utile chez certaines personnes pour diminuer la douleur et aider à relâcher les tensions.

 

Massothérapie

En phase de réadaptation, le massage est utilisé en physiothérapie. Par exemple, le drainage lymphatique permettrait d'éliminer les déchets métaboliques, ce qui accélérerait légèrement la guérison. Le shiatsu, une forme de massage oriental où des pressions manuelles sont exercées sur les points d'acupuncture, peut être utilisé en prévention pour préparer l'ensemble musculosquelettique à l'effort ou encore de l'élongation pour soulager la douleur et les tensions musculaires. Pour en savoir plus sur les différentes formes de massage, consulter la fiche Massothérapie, qui en offre une vue d'ensemble.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site